Brutal Beach
     
Vincent Quivy

Brutal Beach

Avis de tempéte sur Toulon et la côte

216 pages, 120 x 200 mm, livre broché
avril 2016
12,90 €
ISBN 978-3-8313-2936-6

Commander sur Amazon


Dans la vieille ville de Toulon, un surfeur au parcours sinueux, « Bix », découvre le cadavre d’un homme assassiné d’une balle dans la tête.
Pour éviter les ennuis, le jeune homme prend la fuite. C’est pourtant à lui que la PJ fait appel pour résoudre l’enquête. La victime est un de ces anciens activistes du temps de la guerre d’Algérie auxquels Bix a consacré des recherches et un livre.
Les enquêteurs se consacrent bientôt autant à ces terroristes oubliés qu’à l’étrange jeune homme et aux raisons qui l’ont poussé à s’y intéresser.
Quels liens peuvent avoir le surfeur décalé et le monde de la plage avec les discrets retraités de la vieille ville ? Proche géographiquement, les deux univers semblent aux antipodes et laissent entrevoir les deux faces d’une même ville, l’une sombre et mystérieuse, populaire et déclassée, l’autre, ensoleillée et lumineuse, jeune et balnéaire.

L’intrigue suit le jeune homme dans ses déambulations, des rues étroites du quartier de Chicago, au mythique « Honkiki Bar » sur « Brutal Beach », en passant par la « villa Mansfield », sur les hauteurs de Bandol, où demeure la jolie Pia…
Peu à peu, les déambulations de Bix paraissent bien plus calculées que l’apparence ne le laissait supposer.
Bien que quillés sur la plage, dos au monde comme pour mieux le fuir, les surfeurs portent eux aussi un passé fait de blessures ; leur univers est lui aussi plein d’ombres et de mystères.
Et, en même temps que progresse l’enquête, le héros apparaît, non plus comme le témoin désimpliqué du crime mais comme l’instrument machiavélique d’une vengeance ancienne.
Vincent Quivy

Vincent Quivy

Vincent Quivy, journaliste et historien, est l’auteur de Les soldats perdus. Des anciens de l’OAS racontent (Seuil, 2003), Chers élus. Ce qu’ils gagnent vraiment (Seuil, 2010), La Justice sous Sarkozy (Seuil, 2012), L’Incoformiste – Jean-Louis Trintignant (Seuil, 2015). Il a également publié Nous Les Enfants de 1967 (Editions Wartberg, 2014).